Un projet à zéro euro pour les nogentais ?

A l’origine, le projet Nogent Baltard devait coûter zéro euro aux nogentais.

En décembre 2018, un document a été publié sur le site de la mairie. Dans ce document, on peut lire une rubrique “Préparation du quartier avant chantier Eiffage”.
Afin de faire vivre la démocratie locale, ce document devrait être réactualisé à fin 2019, puis fin 2020, et pour les années suivantes si nécessaire.
Nous verrions alors apparaître une nouvelle rubrique “Finitions de quartier après chantier Eiffage”.

Même si le “chantier” fût inauguré en début de cette année au mois de mars, il aura fallu attendre 9 mois pour que le bébé accouche d’une nouvelle vague de travaux qui impactera visiblement et durablement le budget de la commune pour les années à venir.

Dans cette liste de travaux :
Zone sud : l’allée piétonne ne desservira visiblement pas le Pavillon Baltard,
Zone nord : l’information ne dit pas si l’installation des éclairages et fourreaux nécessitera d’ouvrir des trottoirs tout neufs,
La végétalisation des lieux s’effectuera après les élections municipales (et aucune information sur les toits végétalisés …)

Un projet de requalification de l’av. des Marroniers (avec végétalisation ?) est à l’étude (à l’origine, il s’agissait de mettre en place une “zone de rencontre”).
Aucune information, aucune date annoncée, quant à la mise en oeuvre opérationnelle de la future gare routière et l’ouverture de la sortie des bus sur l’Avenue Clémenceau,
Aucune information sur la réfection de la piste cyclable à double sens Avenue Belle Gabrielle,
Aucune information quant à la mise en place du futur musée de Nogent dans les locaux de l’ancienne gare SNCF,
Aucune information sur les aménagements à venir Place Pierre Sémard (espace co working et cabinet ophtalmo),
Aucune information sur le démontage du local de vente Eiffage Place du Général Leclerc,

Aucune information quant à la mise en oeuvre par la commune d’une coordination des maîtrises d’ouvrage sur tous ces points (et j’ai dû en oublier quelques uns), pour “un urbanisme favorisant la nature en ville“.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.